Notre numéro 20 de novembre et décembre 2015 est désormais disponible.

Asphyxiée par le rationalisme économique et la toute-puissance technoscientifique, notre époque semble avoir perdu la faculté d’imaginer collectivement un avenir différent, plus souhaitable et plus soutenable. L’utopie est pourtant depuis toujours un laboratoire critique de l’organisation sociale et politique, un réservoir d’idées et de visions à même de transformer le monde. Oscar Wilde allait même jusqu’à prétendre qu’«une carte du monde qui ne comporte pas l’Utopie ne vaut même pas qu’on y jette un coup d’œil, car elle néglige le seul pays où aborde toujours l’humanité». Pour ne pas oublier ce qui reste d’humain dans nos sociétés aveuglées par la croissance, ce dossier de 13 pages dans Moins! vous invite à faire quelques pas de côté, à la découverte d’utopies d’hier et d’aujourd’hui.


A propos de Moins!

Moins! est un journal bimestriel, créé sous l’impulsion de militant·e·s du Réseau Objection de Croissance, qui vient animer les débats politiques romands et nationaux.

Confronté­∙e∙s à la banalisation des questions écologiques et à une cruelle absence de voix critiques vis-à-vis du productivisme et du progrès, Moins! aspire à promouvoir et diffuser les idées de la décroissance. Ce mot-obus, qui s’attaque à la religion de la croissance économique, ne trouve guère de visibilité dans les médias dominants. Quand il y figure, il l’est souvent à mauvais escient (en synonyme de récession) ou de façon caricaturale (cavernes, bougies et calèches !). Il s’agit pourtant d’un courant de pensée qui connait un succès grandissant, en Europe aussi bien qu’en Amérique Latine, au moment même où convergent des crises diverses et profondes – écologique, sociale, économique et morale.

Pour pallier ce manque, Moins! se propose d’être un cri de contestation et de résistance, mais aussi un espace ouvert à des voix dissidentes, à des sujets et des questions tabous, afin de révéler l’existence de pistes alternatives et devenir un lieu de réflexion (et d’action!) pour construire une façon de vivre ensemble plus égalitaire et solidaire.

Alliant articles d’actualité, témoignages locaux et textes de fond, chaque numéro peut compter sur la collaboration d’une équipe de rédacteur∙trice∙s et de dessinateur∙trice∙s, entièrement bénévoles et réuni∙e∙s par un vif esprit «éconoclaste». Sans publicité, libre de toute attache politicienne, notre journal de 32 pages de qualité est vendu selon le principe du prix libre, tant au numéro qu’à l’abonnement. Il est également disponible en kiosque, au prix de 5 francs.